Le troisième trimestre de 2019

30 septembre 2019

 

Auteur : Expert Argenta Asset Management

Le troisième trimestre de 2019 a été marqué par trois phases successives de hausse et de baisse sur le marché des actions, tandis que le recul général des taux obligataires se poursuivait. En juillet les indices boursiers ont pu enregistrer une légère hausse, soutenue par des résultats d’entreprises en croissance (à l’exception notable de l’Allemagne) et l’absence de nouvelles tensions sur le front de la guerre commerciale. Début août, nous avons été les témoins d’une résurgence de la volatilité après un tweet du président Trump annonçant une taxe de 10 % prélevée sur l’importation d’une valeur d’environ 300 milliards de dollars de produits chinois. Les taux obligataires de long-terme ont sensiblement chuté, tant en Europe qu’aux États-Unis, ce qui a provoqué une nouvelle (et plus forte) inversion de la courbe de taux, avec pour conséquence un recul notable des actions. Après l’adoption d’un ton un peu plus conciliant de la part des protagonistes de la guerre commerciale et une nouvelle intervention des banques centrales, le marché s’est ensuite rétabli, de sorte que les bourses ont terminé le trimestre à peu près inchangées, tandis que les taux remontaient partiellement. 

Quelles sont les performances de nos fonds essentiels ?

Les différents compartiments de nos fonds essentiels ont enregistré un résultat positif. Il est remarquable de constater que les fonds plus défensifs ont également très bien presté.

  • Les cours des obligations ont fortement progressé. Ceci s’explique par la forte chute des taux partout dans le monde. 
  • Les actions ont légèrement monté en Europe et aux États-Unis tandis que les marchés émergents se sont moins bien comportés. Le dollar s’est quant à lui apprécié de presque 5 % face à l’euro.

Des opérations de gestion concrètes au sein de nos fonds essentiels

Durant le troisième trimestre nous sommes restés surpondérés en actions. 

  1. La plupart des indicateurs pointent toujours un potentiel plus important des actions par rapport aux autres classes d’actifs.
  2. En outre, nous pouvons compter sur la volonté des banques centrales de soutenir l’économie et les marchés, ce qui est à nouveau clairement apparu en septembre.
  3. Enfin la Chine et les États-Unis semblent de nouveau prêts à s’asseoir autour de la table pour tenter d’atteindre un accord commercial

Ceci ne veut pas dire que nous négligeons les périodes de plus grande volatilité à court terme. Début août nous avons en effet légèrement réduit notre poids en actions lorsque Trump a lancé une nouvelle attaque contre la Chine. Dans les prochaines semaines également nous serons particulièrement attentifs aux derniers développements autour du Brexit. Le lancement de la procédure de destitution à l’encontre du président américain, et les réactions imprévisibles de Trump, pourraient de même conduire à une augmentation de la volatilité sur les marchés boursiers et nous suivrons ce dossier de près également.

Voir plus