Malgré la faiblesse des taux, l’épargne pour les enfants reste une évidence

 Plus de la moitié des parents épargnent en moyenne 821 euros par an pour leur enfant

15 juillet 2019

Selon une étude indépendante, 77 % des parents mettent de l’argent de côté pour leurs enfants et plus de la moitié des parents épargnent chaque année en moyenne 821 euros par enfant, généralement sur un compte d’épargne classique. Le moment où l’argent est transmis aux enfants varie.

Argenta a fait réaliser au printemps une étude de consommation en collaboration avec Profacts, auprès d’une série de clients Argenta et de clients externes. L’enquête a analysé les tendances dans le comportement d’épargne des parents pour leurs enfants. 621 parents d’enfants âgés entre 2 et 19 ans ont répondu au questionnaire.

L’enquête a révélé une série de résultats intéressants:

Quand les parents commencent-ils à épargner pour leurs enfants et quel montant épargnent-ils ?

L’épargne pour les enfants débute lorsque ceux-ci sont encore très jeunes. 77 % des parents mettent de l’argent de côté pour leurs enfants. Pour les enfants de 2 ans, ce pourcentage atteint même 82 %. Et 68 % des parents qui épargnent le font chaque mois. Il s’agit d’une effort considérable, qui représente chaque année en moyenne 821 euros par enfant. La médiane annuelle se situe aux alentours de 500 euros. 

Cette forme d’épargne vient s’ajouter à l’argent de poche que la plupart des enfants reçoivent à partir du secondaire. Cet argent de poche leur sert à effectuer de petites dépenses et non pas à épargner. 

Quels sont les produits d’épargne choisis par les parents ?

Le compte d’épargne classique reste très populaire, en dépit de la faiblesse du taux d’intérêt, qui est protégé par la loi à 0,11 %. Malgré la faiblesse du rendement , la plupart des parents optent pour la stabilité et la disponibilité.

Dans seulement 25 % des cas, les parents choisissent une autre méthode d’épargne que le compte d’épargne classique. Le plus souvent, ils optent alors pour des produits qui offrent une garantie de capital, tels que les bons de caisse, les dépôts à terme ou une assurance vie de la branche 21. Malheureusement, le rendement de ces produits dépasse à peine celui du livret d’épargne classique, légalement protégé. Et vu la décision prise début juin par la BCE de maintenir le taux d’intérêt au niveau très faible actuel jusqu’au milieu de 2020, la situation n’est pas prête de changer pour le moment. Seule l’assurance d’épargne de la branche 21 à taux d’intérêt garanti, avec participation bénéficiaire éventuelle, offre des perspectives de rendement légèrement supérieures, à partir toutefois d’une durée minimale de 8 ans.

Seul un nombre limité de parents optent pour des produits sans garantie de capital qui offrent un rendement potentiellement plus élevé (en présence toutefois d’un risque accru), tels que des fonds d’investissement ou des assurances vie de la branche 23 dont les enfants sont les bénéficiaires. Les parents investissement généralement à leur propre nom. Tout comme Argenta, la plupart des banques n’autorisent pas les investissements dans des produits sans capital garanti au nom de mineurs. 

À quel moment les parents donnent-ils le montant épargné à leurs enfants ?

Le moment auquel les parents transmettent l’argent épargné à leurs enfants varie fortement. Les parents veulent pouvoir choisir en toute liberté le moment auquel ils donnent un coup de pouce financier à leurs enfants.

Le moment est parfois reporté à mesure que l’enfant grandit, par exemple parce que l’enfant prolonge ses études ou que les parents préfèrent attendre un achat important par leur fils ou fille devenu(e) adulte entre-temps.

Conclusion

Il est important que les parents choisissent la formule d’épargne adéquate, en fonction du moment auquel ils souhaitent transférer l’argent à leur enfant (l’horizon d’investissement) et du rapport risque/rendement souhaité (avec ou sans garantie de capital par exemple). Par ailleurs, les parents doivent peser le pour et le contre de l’épargne à leur propre nom ou au nom de leurs enfants. À l’occasion d’un entretien de conseil, l’agent pourra aider les clients à faire les bons choix, tant pour eux-mêmes que pour leurs enfants.