Être bien protégé en tant qu’usager faible

Vous vous déplacez à pied ou à vélo sur la voie publique ? Dans ce cas, vous êtes particulièrement vulnérable. En cas de collision avec un véhicule, les conséquences physiques peuvent être très importantes. C’est pour cette raison que la loi vous considère comme un usager faible de la route et vous accorde une protection supplémentaire.

Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Indemnisation en cas d’accident

Quels sont les dommages indemnisés ?

Si, en tant qu’usager faible, vous êtes heurté par un véhicule, l’assureur de ce véhicule doit indemniser les dommages suivants :

  • les dommages corporels ,
  • les éventuels vêtements abîmés et les prothèses fonctionnelles endommagées, comme des lunettes, un dentier ou un appareil auditif ;
  • les dégâts matériels à votre vélo, mais uniquement si le conducteur du véhicule est responsable de l’accident.

L’indemnisation est-elle assortie de conditions ?

  • Pour les dommages corporels, les vêtements abîmés et les prothèses fonctionnelles endommagées, peu importe qui est responsable de l’accident. Même si vous êtes en tort, vous êtes indemnisé.
  • Les dégâts matériels à votre vélo ne sont indemnisés que si le conducteur du véhicule est responsable de l’accident.
  • Vous ne pouvez pas avoir provoqué l’accident intentionnellement. Si c’est le cas, la partie adverse peut l’invoquer pour contester votre indemnisation.
  • Un véhicule à moteur doit être impliqué dans l’accident, de quelque manière que ce soit. Une collision avec un autre cycliste ou un piéton ne donne donc pas droit à une indemnisation automatique. Toutefois, en cas d’accident causé par un véhicule stationné, vous pouvez prétendre à une indemnisation. Par exemple si, en tant que cycliste, vous avez dû faire un écart pour éviter de heurter le véhicule.

Que se passe-t-il si, en tant que cycliste ou piéton, vous êtes en tort ?

Dans ce cas, vous pouvez être tenu responsable des dommages subis par le conducteur ou le propriétaire du véhicule. Il est dès lors recommandé aux usagers faibles de la route de souscrire une assurance familiale. Dans de tels cas, cette assurance interviendra dans les coûts. Il se peut que vous deviez encore payer la franchise, mais dans certains cas, celle-ci peut être supprimée.

Prenez vos précautions

La protection que la loi vous octroie ne doit pas vous inciter à relâcher votre vigilance sur la route. Etes-vous tout de même victime d’un accident ?

  • Remplissez toujours le Constat d’accident européen. Il arrive en effet que les lésions corporelles ne se ressentent qu’après quelques jours.
  • S’il y a des blessés, appelez toujours la police et faites dresser un procès-verbal.

Notez l’identité des témoins qui ont vu l’accident se produire.

Assurez-vous bien