À l'approche de la pension, à quoi faut-il absolument penser ?

Si vous partez bientôt à la pension, il serait préférable de réfléchir quelque peu à tous les changements que cela va entraîner. Faites-le bien assez tôt. Afin de ne pas avoir de mauvaises surprises. Et de profiter pleinement de votre temps libre supplémentaire.

Quels avantages disparaissent ?

Les entreprises lient leurs membres du personnel en leur octroyant toutes sortes d'avantages qui sont fiscalement avantageux. Lorsque vous arrêtez de travailler, ces avantages disparaissent. Pour certains d'entre eux, mieux vaut chercher une alternative. Pensez par exemple à :

  • Assurances : hospitalisation et auto
  • Transport : auto, vélo, abonnement pour les transports en commun et carte carburant
  • Technologie : smartphone, tablette, ordinateur et internet 

À quel montant de pension peut-on s'attendre ?

Votre pension légale est inférieure à votre dernier salaire. Une pension légale s'élève en moyenne à (selon Tendances, 3 octobre 2019) :

  • 1 152,49 euros pour les salariés
  • 918,45 euros pour les indépendants
  • 2 713,40 pour les fonctionnaires

La pension d'une femme est généralement inférieure à celle d'un homme. Nous parlons ici bien entendu de moyennes et non de montants exacts.

Votre pension légale est complétée du capital-pension supplémentaire que votre employeur et vous avez constitué via une assurance groupe, une épargne-pension, etc.

Vous voulez connaître votre situation personnelle ? Allez sur mypension.be.

Qu'en est-il de vos dépenses ?

Vérifiez quelles sont vos dépenses à l'heure actuelle et essayez de faire une estimation de vos dépenses après votre pension. Tenez compte dans ce cadre des dépenses que vous n'avez pas en tant que salarié ou indépendant, mais que vous devrez supporter dès que vous serez pensionné : une voiture, une assurance hospitalisation, etc. Et puis, il y a aussi les dépenses supplémentaires parce que vous avez plus de temps libre : voyages, excursions avec les petits-enfants, hobbies, etc.

Vos dépenses dépassent vos revenus ? Vérifiez celles que vous pouvez éventuellement laisser tomber ou complétez vos revenus mensuels grâce à vos économies.

Même si vous avez tout correctement budgétisé, il est toujours possible que certains frais soient supérieurs à ce que vous pensiez ou que des frais apparaissent là où vous n'en aviez pas tenu compte.

Qu'en est-il de vos impôts ?

Lorsque vous êtes pensionné, cela a aussi une influence sur votre déclaration fiscale.

Épargne-pension

Vous ne pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt pour l’épargne-pension que jusqu’à l’année de vos 64 ans incluse. Votre avantage peut dans ce cas se monter à 315 euros (année de revenus 2019).

Épargne à long terme
Votre avantage peut dans ce cas se monter à 705 euros (année de revenus 2019).

  • Vous avez déjà une épargne à long terme ? Vérifiez-en la date d'échéance. C'est à votre 65e anniversaire ? Discutez avec votre agent des possibilités pour ensuite encore bénéficier d'une réduction d'impôt.
  • Vous n'avez pas encore d'épargne à long terme ? Souscrivez un contrat avant vos 65 ans et fixez-en la date d'échéance. Plus elle est éloignée dans le temps, plus vous bénéficierez longtemps d'une réduction d'impôt. Dès que vous atteignez 65 ans, vous ne pouvez plus souscrire aucun contrat d'épargne à long terme.

L'épargne-pension et l'épargne à long terme sont toutes deux des façons de bénéficier d'une réduction d'impôt. Vous ne pouvez bien entendu bénéficier d'une réduction d'impôt que si vous payez aussi effectivement des impôts.

Planifiez vos loisirs

Lorsque vous êtes pensionné, vous disposez de bien plus de temps libre que vous pouvez occuper de différentes façons :

  • Vous vouliez peut-être ranger votre abri de jardin, peindre votre maison ou vous lancer dans un nouveau projet depuis longtemps, et vous l'avez toujours reporté. Maintenant que vous êtes pensionné, vous avez du temps pour vous y atteler.
  • Vous avez peut-être des petits-enfants et pouvez les garder tous les mercredis après-midi. 
  • Vous vouliez peut-être apprendre à jouer du piano, devenir membre d'un club de marche ou commencer un nouvel hobby depuis longtemps. Vous en avez enfin le temps.

Un départ à la pension implique la recherche d'un nouvel équilibre. Cela vaut à différents égards. Parfois, les pensionnés se sentent inutiles et se posent des questions quant à leur place dans la société. Pour éviter cela, vous pouvez par exemple faire du bénévolat ou trouver une activité d'appoint.

En savoir plus sur la perception de revenus d'appoint lorsque vous êtes pensionné

Il faut souvent aussi trouver un nouvel équilibre dans le ménage avec votre partenaire. Les tâches et les corvées sont réparties différemment. Et chacun a sa propre façon de faire les choses. Vous vous gênerez peut-être. Établir des règles claires est la solution.

Prenez soin de vous et de votre famille

Il y a de fortes chances que vous tombiez malade un jour. Et, quoi qu'il en soit, un jour viendra où vous ne serez plus là. Préparez-vous-y et prenez dès à présent toutes les dispositions nécessaires :

  • Prévoyez une réserve financière pour le cas où vous seriez malade ou déménageriez vers une maison de soins. Vérifiez les clauses de votre assurance hospitalisation.
  • Préparez une boîte avec toutes les informations utiles. Vos proches ne doivent pas commencer à chercher s'il vous arrive quelque chose. Pensez notamment à y inclure une liste de toutes les banques où vous êtes client, de toutes vos assurances et de vos contrats qui prévoient un complément à votre pension légale (assurance groupe, PLCI, EIP, etc.), ainsi qu'une copie de votre testament, etc.
  • Établissez un mandat de protection. Vous éviterez ainsi que des étrangers prennent des décisions à votre sujet ou concernant votre patrimoine si vous n'en êtes plus capable.
  • Demandez une carte LEIF. Il s'agit d'une carte qui mentionne vos données d'identification et si vous avez des déclarations anticipées (p. ex. en ce qui concerne l'euthanasie, le don d'organes ou vos obsèques). Elle est utile pour vos proches.
  • Vérifiez qui recevra quoi après votre décès. Cela correspond-il à vos souhaits ? Faites les adaptations nécessaires à temps.

Plus d’informations